UXDE dot Net Wordpress Themes

Archives: mai 2017

L’Union européenne, toute en symboles

L’Union européenne, toute en symboles

Avez-vous remarqué que depuis quelques semaines, l’Europe est à la une : de nombreux français disent avoir voté pour elle lors de l’élection présidentielle, on voit son drapeau, on entend son hymne, on en parle davantage de manière positive, bref elle est tendance…Valéry Giscard d’Estaing vient d’ailleurs, fort à propos, de lancer un appel à Emmanuel Macron pour que la France signe la déclaration n° 52 annexée à l’acte final de la conférence intergouvernementale ayant adopté le Traité de Lisbonne, et qu’elle reconnaisse ainsi tous les symboles de l’Europe, comme d’autres Etats membres l’ont déjà fait (voir cette déclaration n°52 ).

Belle occasion de rappeler ces différents symboles et d’en dire quelques mots (en attendant les débats beaucoup plus techniques sur les réformes de la gouvernance de l’UE et de la zone euro qui ne manqueront pas d’occuper bientôt l’actualité européenne).

Le drapeau : selon sa description officielle, il est constitué d’un cercle de douze étoiles d’or sur fond bleu. On remarque que, contrairement au drapeau des USA, le drapeau européen ne comporte pas un nombre d’étoiles égal au nombre d’Etats membres. Pourtant, lorsqu’il a été choisi lors du Conseil européen de Milan de juin 1985 pour être, à compter du 1er janvier 1986, l’emblème de la Communauté européenne (aujourd’hui Union européenne), beaucoup de citoyens ont pensé qu’à chaque élargissement, on ajouterait une étoile par nouveau membre. La suite a montré qu’ils se trompaient.
La confusion est venue du fait qu’en 1986, il y avait douze Etats membres, et donc autant que d’étoiles sur le drapeau … Avait-on voulu cette coïncidence ?

Quoi qu’il en soit, lors de l’élargissement de 1995, le drapeau n’a pas été modifié. Il était désormais évident que le nombre d’étoiles resterait invariable.

Pourquoi ? La raison est historique : le Conseil de l’Europe (à ne pas confondre avec l’Union européenne) avait adopté, dès 1955,  ce drapeau aux douze étoiles (alors qu’il comptait déjà 15 membres et en compte 47 aujourd’hui) et avait, plus tard, suggéré aux nouvelles institutions européennes de l’adopter également. C’est donc ce qu’il advint.

Faut-il le regretter ? Le nombre douze est chargé de symbolique dans notre culture, cela depuis l’Antiquité, et diverses significations  peuvent être données à ce cercle de douze étoiles d’or sur fond bleu. De quoi nourrir l’imaginaire de chacun et satisfaire les aspirations de tous…

L’hymne : il est tiré de « l’Ode à la joie » de la Neuvième symphonie de Ludwig van Beethoven.
Pourquoi cette mélodie ? L’historique est le même que pour le drapeau. Lors du Conseil européen de Milan des 28 et 29 juin 1985, les chefs d’Etats et de gouvernements ont décidé (sur le rapport du Comité pour l’Europe des citoyens, dit Comité Adonnino), d’adopter l’hymne qu’avait déjà choisi le Conseil de l’Europe en 1972. Pour en savoir un peu plus sur cet hymne et l’écouter, voir le site de l’UE.

La devise : « Unie dans la diversité ». Cette devise a été choisie en 2000 à la suite d’un concours lancé dans les écoles de l’Union européenne. Elle a été introduite pour la première fois en 2004 (de même que les autres symboles de l’Europe) dans un traité européen, et plus précisément à l’article I-8 du traité établissant une Constitution pour l’Europe. On rappelle que ce traité résultait des travaux réalisés, entre 2002 et 2004, par la Convention sur l’Avenir de l’Europe présidée par Valéry Giscard d’Estaing. Le contenu de cet article I-8 a été repris dans la déclaration n°52 (évoquée plus haut) lors du Traité de Lisbonne.

La Journée de l’Europe le 9 mai : elle est célébrée ce jour-là dans toute l’Union et cela depuis 1986, toujours en vertu du Conseil européen de juin 1985. Il s’agit de marquer l’anniversaire de la déclaration de Robert Schuman le 9 mai 1950. Nous lui avions consacré un numéro de Banque-Notes Express en mai 2013.

Diverses manifestations sont généralement organisées à l’initiative des institutions européennes, mais aussi des différents mouvements et organismes européens ou de quiconque veut fêter l’Europe.

Si vous projetez de vous rendre dans l’une des institutions européennes, évitez le 9 mai car vous trouverez portes closes ! C’est, en effet, chaque année un jour férié pour ces institutions (voir par exemple pour 2017, la liste des jours fériés parue au JOUE).

L’euro : selon la formule officielle figurant dans la déclaration n°52 (précitée) relative aux symboles de l’UE, « l’euro est la monnaie de l’Union européenne ».  Certes à ce jour, sur les 28 Etats membres, 9 ne l’ont pas encore comme monnaie, soit parce qu’ils n’en remplissent pas les conditions, soit parce qu’ils bénéficient d’une exemption ; l’euro n’en reste pas moins la monnaie de l’Union européenne. On note d’ailleurs, que certains Etats signataires de cette déclaration n°52 n’ont pas encore adopté l’euro (Bulgarie, Roumanie) ; ils le reconnaissent pourtant comme la monnaie de l’UE.

Quelques lecteurs se souviennent sans doute, comme moi, des débats passionnés qui ont précédé l’avènement de l’euro. C’était il y a vingt ans. Souvent, aux défaitistes qui nous demandaient, lors de réunions publiques, si cette monnaie (€) trouverait sa place au plan international entre le dollar ($) et le yen (¥), nous répondions d’un sourire en traçant ceci sur l’écran ou le paperboard : ¥ € $ !

                                                                                                                      Blanche Sousi 
                                                                                                                      et son équipe